Journée de la Femme : des convictions communes et des échanges variés

09
03
1

Cela faisait quelques jours que les interviews se multipliaient en prévision de la journée de la femme.

A la question rituelle (« qu’est ce qui fait que l’on y arrive ? »), j’apporte des réponses constantes: d’un point de vue individuel, la curiosité et l’envie assumée d’aller au bout de son potentiel sont des qualités essentielles. Du côté de l’entreprise, la volonté d’ouvrir le jeu en matière de leadership doit se traduire en programmes concrets : je pense à la gestion du « pipeline des talents », à l’attention particulière qui doit être portée aux femmes de retour de congés maternité, ou à une organisation du travail plus flexible… A cela, ajoutons un message plus personnel, tout simple et sincère: la certitude que l’on n’a pas besoin d’être une « superwomen » pour y arriver !

Et puis, j’ai vécu hier deux événements particuliers à l’occasion de cette journée de la Femme: d’abord un déjeuner avec vingt collaboratrices pour parler de Manpower, des femmes dans l’entreprise et de leur promotion ; ensuite, une réunion organisée autour de Nicolas Sarkozy avec onze autres femmes d’entreprise.

Deux événements qui étaient évidemment de nature très différente, mais qui ont présenté bien des similitudes :

Des occasions de sourire au détour des discussions, tout d’abord :

– comment attirer plus d’hommes dans les métiers du recrutement, totalement « dominés » par les femmes (80% chez Manpower, à l’image des métiers HR…) ?

– ou l’injustice faite à la femme du Président de la République quand on la pousse à renoncer à sa carrière a cause de celle de son mari, ou qu’on exige sa présence aux sommets internationaux alors qu’on absout le mari de la chancelière allemande de cette obligation !

Des débats passionnés :

– les femmes sont-elles vraiment plus réticentes à l’utilisation des nouvelles technologies ? Et, si c’est le cas, est-ce en raison d’un étrange atavisme ou d’une façon différente d’apprendre ?

Des convictions partagées :

– l’envie de créer et de s’engager de la part de toutes et en particulier des plus jeunes femmes les moins diplômées, la volonté de lutter contre les représentations et comportements issus du passé en utilisant les symboles, les « role models », les quotas…

Et bien oui, le Président m’a semble être un vrai supporter de la cause et de la place des femmes dans la société, comme dans l’entreprise. Un supporter engagé dans l’action concrète pour faire bouger les lignes sur ce sujet. Reste à le convaincre que femme rime souvent, dans l’économie française, avec secteur des services et que ce secteur est le futur de notre économie… Ce Président là aime les usines et s’étonne d’y croiser tant de femmes ! Aïe ! Voilà bien un référentiel du passé qui ressort !

Allez, c’est certain, il va falloir en faire encore quelques unes, des journées de la femme pour qu’on puisse totalement baisser la garde !

Réactions
1
  1.  
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>