Faire prévaloir l’intérêt des chômeurs

23
11
1

Ce matin sur LCI, le directeur général de Pôle Emploi a déclaré qu’il s’attendait à une augmentation du nombre de chômeurs encore pendant plusieurs mois : les choses se sont un peu infléchies par rapport au mois de janvier, a-t-il reconnu, mais on resterait sur des rythmes de 20.000 à 25.000 demandeurs d’emploi supplémentaires chaque mois, « ce qui est déjà extrêmement difficile ». Je ne peux que lui donner raison – et mon billet récent qui appelait à la prudence pour appréhender l’ensemble des conséquences sociales de la crise économique allait dans ce sens.

Dans la matinée également, Nicolas Sarkozy est intervenu devant les 1700 cadres de Pôle Emploi auxquels il a dit sa reconnaissance et même son admiration, les félicitant d’avoir «fait prévaloir l’intérêt des chômeurs». Je partage cet avis. Tout l’enjeu consiste à faire prévaloir l’intérêt des chômeurs, à tout mettre en œuvre pour casser cette spirale. Depuis le début septembre, nous avons reçu près de 4000 demandeurs d’emploi en entretien et toute notre priorité a consisté à assurer le démarrage de cette prestation dans les conditions les meilleures pour ces demandeurs d’emploi. Nous disposons à l’heure actuelle d’une centaine de sites opérationnels, nous avons formé en août et septembre près de 200 collaborateurs, à la fois aux méthodes et aux outils que nous avons mis en place : moi aussi je souhaite manifester ma reconnaissance et mon admiration à ces collaborateurs de Manpower qui ont su se mobiliser, sur le terrain et très concrètement, en un temps record, pour faire face à une montée en charge rapide.

Nous allons maintenant embrayer sur une deuxième phase qui est celle de la remise à l’emploi de façon systématique des demandeurs d’emploi. Je l’ai redit de vive voix il y a quelques jours aux managers de Manpower : la remise à l’emploi de ces demandeurs d’emploi qui nous ont été confiés ne relève pas exclusivement de nos conseillers dédiés à l’accompagnement. Elle est l’affaire de tous les collaborateurs de Manpower qui interviennent sur un bassin d’emplois.

C’est un engagement collectif et c’est l’affaire de tous.

Réactions
1
  1. Decollogne Michel

    Bonjour,
    Je me demande quand nous pourrons disposer d’études sérieuses étudiant les deux cas de figure suivant :
    Dans la perspective de continuer la politique de l’emploi vu comme aujourd’hui. Quels sont les coûts du chômage, du RSA, des aides et autres dépenses liées. Sur quelles recettes sont affecté ces coûts. J’en ai assez des présentations partielles et partiales qui font qu’en fin de compte nous ne sommes mal informés.
    Dans la perspective d’une limitation de l’abus de hauts revenus à 1000 fois le salaire de référence (le SMIC pour la France) et d’une imposition de un pour mille par tranche de SMIC. Cette disposition n’inciterait donc plus à gagner au-delà de 1000 fois le SMIC comme le font 40 foyers fiscaux de notre pays. Ainsi il y aurait une meilleure redistribution dans les entreprises et plus de cotisation qui rentreraient, plus de recettes de TVA, etc…
    Quel serait le bilan le plus favorable aux êtres humains ?
    Bonne réflexion.

     
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>