Entre deux…

01
12
5

Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que j’ai quitté le groupe PVCP et que je vis pour la première fois de ma carrière une vraie période d’entre deux ‘jobs’.

Si cet épisode s’est effectivement imposé à moi, je constate qu’il m’offre, au fil des jours, la précieuse possibilité de prendre le temps.

Prendre le temps, c’est pouvoir revoir enfin ces amis auxquels on pense souvent et dont on sait combien la compagnie est toujours ou instructive, ou drôle, ou tendre – et mieux encore, les trois à la fois !

Prendre le temps, c’est faire des rencontres, notamment de jeunes ou moins jeunes start-up’ers, convaincus, enthousiastes et parfois fantasques ! – mais toujours animés d’une sacrée énergie.

Prendre le temps, c’est lire, écouter, échanger, réfléchir. C’est approfondir enfin des sujets que l’on s’était promis de mieux connaître – un jour, mais quand ?

Prendre le temps, c’est aussi observer, comprendre et partager de façon informelle avec de fortes personnalités qui n’appartiennent pas aux réseaux professionnels traditionnels, qui sont loin des coteries,  des clubs et des chapelles – bref, très éloignés d’un système fatigué et très français d’entre soi entrepreneurial.

Car ce qui m’enchante, c’est l’énergie positive qui se dégage de tous ces échanges et la solidarité qui existe hors les murs traditionnels de l’entreprise. Le contraste est frappant avec la morosité qu’inspire l’actualité, le pessimisme dans lequel nous plonge l’état de notre économie, et les difficultés bien réelles que vivent les entreprises.

Et pourtant, ce sont bien les deux hémisphères d’un seul et même monde, d’une même économie, soumise aux mêmes contraintes en matière de droit du travail, de fiscalité, de mondialisation des compétences… Or, leurs différences de tempo et de méthodes sont surprenantes quand on les compare. Du côté de l’ « hémisphère ancien »,  on tente de corriger sa propre inertie en espérant être surpris par un « nouvel angle de vue », une approche disruptive qui redonnerait un peu de souffle à un marché ou à un produit que l’on sait en fin de vie… Mais secrètement, on reste persuadé que les chances de succès sont bien minces et que le risque est bien grand, car tout arrive toujours trop tôt…ou trop tard.

De l’autre côté, dans « le nouvel hémisphère »,  on conjugue les leitmotive : « Move Fast », « Done is better than perfect » – et bien souvent on rêve à haute voix, au risque de se heurter douloureusement à un principe de réalité…bien réel !

Je ne veux cependant pas tomber dans la caricature : la ligne qui sépare ces deux univers n’est pas si épaisse. Et je suis convaincue que des ponts plus larges entre ces deux hémisphères peuvent être jetés afin de libérer des énergies nouvelles dans un pays bloqué. La preuve, certains y travaillent déjà.  Ils organisent des moments et créent des lieux de dialogue, des mécanismes de collaboration ou de solidarité. Ils sont nés dans le monde des incubateurs comme TheFamily, dans celui du capital-investissement comme  Raise ou encore dans celui des ressources humaines comme Linkeeper. Leurs cultures sont différentes, leurs objectifs aussi, mais ils partagent une conviction : l’innovation passe par l’hybridation et tous veulent faire bouger la France en privilégiant l’action concrète.

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le! (Goethe)

Mots-clés :
Réactions
5
  1. Chantal

    Bonjour,

    Votre billet est vivifiant pour tous ceux qui, comme vous, ont décidé de prendre le temps et de faire de « l’entre-deux » un moment de création de valeur pour soi et les autres!
    J’ai moi-même pris ce temps il y a quelques mois et lors de cette période je n’ai jamais été aussi créative, réceptive et ouverte aux autres, aux opportunités, à ma famille. Je me suis intéressée à des façons de penser qui à priori étaient éloignées de mes propres schémas de pensées et je suis sortie de ma zone de confort professionnelle de manière impensable.
    Oui, Françoise (je me permets de vous appeler par votre prénom: vos billets me plaisent tant et je me sens si proche de vos propos), qu’il est bon d’être en transition.
    Cordialement
    Chantal

     
     
    • Françoise Gri

      Merci de ce joli témoignage Chantal

       
       
  2. Constance Baudeau

    Bonjour ,
    Je vis depuis 2 mois ma première période « d’entre deux » aussi. Celle-ci à été choisie, pour un projet entrepreunarial.
    Je ne peux que faire les mêmes constats que vous . Quelle énergie en France !
    A quand un grand mouvement de nature à influencer , un peu, les entreprises et permettre à tous , dont ceux qui travaillent d’avoir ce temps disponible ? Car c’est ce temps qui permettra d’établir aussi les ponts entre les 2 mondes. Libérons les énergies !

     
     
  3. Hervé

    Bonjour Françoise,

    Merci de partager avec nous cette vision. Il est clair que les deux mondes, l’ancien et le nouveau, ne se parlent pas si facilement, et que l’open-innovation, par des voies capitalistiques, ou partenariales, n’est qu’une demi-solution.

    L’entreprise traditionnelle connaît son métier, mais manque d’élan, là où la startup (ou les jeunes en général) manque d’expérience, de réseau, et de vision commerciale, mais pas de peps.

    Je crois qu’il faut les rapprocher de façon répétée, et… je crois même qu’ils en sont demandeur :-) !

    Merci d’avoir relayé l’action des quelques entreprises qui s’attaquent à ce défi.

    Sinon, profitez bien de votre période d’entre-deux, qui ne va pas durer longtemps, mais qui vous permettra de passer de vraies fêtes de fin d’année !

    Bien à vous,

    Hervé

     
     
  4. Blandine Margoux

    Madame,
    la distance prise avec le groupe Pierre & Vacances n’est-elle pas un signe ? N’est-ce pas, finalement, une chance qui vous est donnée ?
    Le temps est peut-être venu de constater que nous ne pouvons plus faire comme avant, ni comme si de rien n’était.
    « Le seul, le vrai, l’unique voyage, c’est de changer de regard. » (Marcel Proust)
    Meilleures salutations,
    Blandine Margoux

     
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>