1er billet sur la transmission: 7 convictions pour réussir sa vie professionnelle

27
02
0

Récemment, j’ai accepté d’être la marraine d’une promotion de jeunes diplômés d’une école de commerce. Lancement de chapeaux, photos et discours. L’ occasion pour moi de réfléchir à ce que je pensais être important pour réussir sa vie professionnelle. Ce billet est la retranscription de ce que je leur ai dit ce jour là.

Pour vous, c’est maintenant que cela commence. Et la question est qu’allez vous être capable de faire de ce diplôme qui n’est que la clé d’entrée de votre vie professionnelle?

Pour moi, la remise de diplôme, c’était il y a presque 40 ans. Ces 40 ans, je les ai vécus comme une aventure intense, passionnante, variée, et si tous les jours n’ont pas été faciles, jamais je ne me suis ennuyée.
C’est cette intensité qui me fait regarder en arrière aujourd’hui sans regret.
C’est cette intensité qui me fait encore regarder vers le futur comme un avenir à construire.

Aussi la première chose que j’ai envie de vous dire c’est: surtout ne perdez pas votre temps, soyez à l’écoute de toutes les opportunités, saisissez les, allez au bout de votre potentiel. Ne lâchez rien de ce qui compte, et pour cela, débarrassez vous de tout ce qui pèse inutilement sur vos vies..

Mais soyons clairs: ne pas perdre de temps, ce n’est pas: ‘être pressé’!
Quand on est pressé on passe à côté, alors que lorsque l’on ne perd pas de temps, on vit intensément ce qui mérite d’être vécu. Et ce qui mérite d’être vécu, cela peut être comme ce matin pour moi de s’arrêter pour écouter les oiseaux qui chantaient la promesse du printemps.
Quand on ne perd pas de temps, on choisit ce sur quoi on dépense son énergie, parce que, comme dit le poète, le temps perdu ne se rattrape jamais.

Votre vie, c’est donc à fond qu’il faut que vous la viviez. A fond et donc conscient de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas… pour VOUS, pour vous personnellement.. pas pour vos parents, pas pour vos amis.

Dans 40 ans, il faut que vous puissiez vous dire: j’ai beaucoup appris, je me suis bien battu, j’ai donné autant que j’ai reçu, je n’ai aucun regret, et j’ai laissé une trace, ne fût-ce qu’une petite trace..

Alors pour cela que faut-il faire?
Il n’y a évidemment pas de recette et je ne peux aujourd’hui que vous livrer mes convictions, telles que je me les suis forgées pendant ces 40 ans. Elles n’ont de valeur qu’à mes yeux, mais c’est ce que je peux vous donner de mieux aujourd’hui avec beaucoup de sincérité. Elles sont concrètes et pratiques, à vous de voir si elles peuvent vous être utiles.

7 convictions bien sûr puisque 7 est le chiffre de la sagesse!

Premiere conviction: il faut bien démarrer

Et là vous avez une chance folle! La conjoncture économique est positive partout dans le monde, et déjà les entreprises ressentent une tension sur le recrutement de leur talents. C’est vous qui avez le choix, et vous avez le choix dans un monde qui se réinvente!

La technologie envahit nos sociétés, nos entreprises, nos business modèles.. tout change.. c’est autant d’opportunités pour ceux qui sauront bien choisir.
Souvenez vous de la phrase d’Henry Ford.. ‘ si j’avais demandé à mes clients ce qu’ils voulaient, ils auraient répondu des voitures à cheval allant plus vite’.
Aujourd’hui pour vous, ce qui est important c’est de choisir une entreprise, un métier , une voie qui n’est pas une voiture à cheval que l’on voudrait faire aller plus vite et qui va disparaitre parce que l’on est en train d’inventer la voiture à moteur.

Pour ma part, la meilleur chose que j’ai pu faire pour ma carrière cela a été de choisir IBM en 81, choisir la bonne entreprise dans un secteur en pleine expansion: l’Informatique. C’est quand même plus facile de s’amuser dans un secteur qui s’invente et se développe que dans un secteur qui se restructure et se rétrécit.

Mais ce choix je l’ai fait après un faux départ: 6 mois dans un service informatique où
j’ai cru y mourrir d’ennui. Tout était petit dans ce service isolé de la filiale d’un grand groupe, petit, étriqué, lent.. Au bout de 3 mois, je savais qu’il fallait en partir et les 3 mois suivants m’ont permis de trouver ce qui allait m’occuper pendant les 26 ans qui ont suivi.

2eme conviction donc.. rectifier ses erreurs le plus vite possible.

Failing fast comme on dit dans la Silicon Valley.
Le problème avec ce mantra, c’est qu’il n’aide pas à savoir comment évaluer ce qu’est la bonne vitesse..
Savoir arrêter vite ce qui ne marche pas c’est important, mais savoir persister et être résistant à l’échec l’est tout autant. Il faut donc se faire un avis pour décider, et c’est ma

3eme conviction: il faut se donner les moyens d’avoir un avis, un jugement informé. 

Un avis personnel…. Le vôtre, pas celui que l’on ‘like’ sur Linkedin ou Facebook. Ce qui est important c’est de se construire un jugement original qui vous correspond à vous, et à vos valeurs, Ce jugement, informé, construit c’est celui qui va guider vos décisions. Il n’est pas immuable, il n’est pas garanti qu’il soit juste, mais c’est celui qui vous évitera ensuite les regrets en cas de mauvaises décisions. Et pour se construire un jugement informé ..

Soyez curieux! C’est ma 4eme conviction.

La curiosité n’est pas un vilain défaut, c’est même une qualité première. La curiosité, cela se cultive un peu tous les jours. C’est en se posant la question de: comment çà marche, pourquoi, que l’on trouve des inspirations et des solutions. C’est en lisant, en écoutant, en se frottant à d’autres univers et des personnes qui ont des avis différents, que l’on s’informe vraiment. Evident? oui mais regardez autour de vous, ils sont tellement nombreux ceux qui pris par leur vie au quotidien, et sûrs qu’ils savent déjà, ne lisent plus, ne sont plus curieux, vivent dans un tout petit univers bien homogène, et sont totalement déconnectés du monde qui vient. S’informer, analyser et puis aller au bout de son raisonnement, pour apporter une vraie valeur ajoutée.

Et là j’ai envie de vous raconter une anecdote. On m’avait confié un dossier que que j’avais beaucoup travaillé. Je pensais vraiment avoir fait une bonne analyse et une recommandation pertinente, quand j’ai présenté mon case à mon patron de l’époque. Au bout de 30mn de présentation, il m’a dit .. So what? Je l’ai pris comme une gifle.. mais il avait raison je n’avais pas fini le geste, je ne m’étais pas posé la question de tous les impacts, je n’étais pas allée au bout de mon questionnement. Et ce ‘dernier mile’, c’était celui qui faisait la différence entre un bon travail et un travail remarquable. C’était ce qui faisait la différence entre une solution qui allait marcher sûrement et une autre qui allait peut être finalement marcher après beaucoup d’efforts. Le chemin du jugement informé n’est donc pas si simple. Et du coup,

ma 5eme conviction c’est qu’il faut accepter toute l’aide que vous pourrez trouver sur votre chemin.

Mon expérience est que beaucoup de gens ont envie de transmettre ce qu’ils savent et beaucoup ont envie d’aider. Toute cette aide, c’est autant de coups de pouce, autant de choses que vous n’aurez pas à découvrir vous même, autant d’erreurs que vous éviterez. Bien sûr tous n’auront pas raison, mais écoutez, considérez, évaluez, car c’est autant d’énergie gagnée.Personnellement j’ai en tête une liste très précise de toutes ces personnes que j’ai croisées dans ma carrière et qui m’ont donné quelque chose qui m’a été utile toute ma vie:

Christian dont j’ai appris le sens du client, Gilles dont j’ai appris à comment à rentrer par la fenêtre quand la porte était fermée, Georges dont j’ai appris la structuration des processus opérationnels, Sanjaya dont j’ai appris comment raconter une vision, Linda et bien d’autres.. Accepter de l’aide, apprendre des autres.. c’est un formidable accélérateur pour vivre sa vie sans perdre son temps.

On en arrive à la 6eme conviction.. qui concerne les femmes

Les femmes n’ont pas aujourd’hui la place qu’elles devraient avoir dans le monde et dans l’entreprise et il faut que çà change. Le monde se réinvente, et je crois profondément que l’avis des femmes, conjugué à celui des hommes, peut aider à bâtir un monde meilleur. Que ce soit le fruit de l’éducation ou une nature profonde, je constate que les femmes ont souvent un regard et une sensibilité différente, ne serait ce que parce qu’elles ont une relation différente au risque.Ce regard différent, il est important qu’il soit pris en compte.

Or aujourd’hui les femmes ne sont que 10% dans les Comex et moins encore dans la population des CEO’s et des startupeurs d’avenir. Elles ne sont pas en position d’influence et n’ont pas le pouvoir pour faire avancer leurs points de vue. Cela ne peut pas être la réalité de la mesure de leur talent, elles sont d’ailleurs bien plus nombreuses dans votre promotion.

Il faut que votre génération fasse des progrès significatifs sur ce sujet. Et çà commence par les femmes elles même… à celles qui sont diplômées aujourd’hui, je dirais: Choisissez de compter et assumez!  A tous les autres, jeunes diplômés, famille, je dis: c’est à vous d’aider, de prendre votre part, et de pousser les femmes à accéder aux positions où l’on peut compter, parce qu’ aider les femmes à prendre la part de pouvoir qui leur revient, c’est une façon de contribuer à bâtir un monde plus juste.

Dernière et 7eme conviction: faire attention à ne pas vous perdre!  Se perdre c’est perdre ses valeurs, perdre le sens de ce que l’on fait. Derrière les chiffres, les processus, les grandes manoeuvres.. il y a des hommes et des femmes, il y a notre planète. Je parlais tout à l’heure de laisser une trace,  il faut que la trace que vous allez laisser ne soit pas une trace moche, boueuse.

Et là les enjeux sont importants, ils vont être entre vos mains. Ma génération n’a pas fait ce qu’elle aurait du faire pour notre planète et vos enfants. Bien sûr, la pauvreté, la maladie ont régressé.. mais les inégalités ont explosé et le réchauffement de la planète est une réalité. L’enjeu du climat est énorme, comme l’est celui de cette 5eme révolution industrielle qui arrive et qui ne doit pas laisser trop de monde sur le bord de la route. Cet enjeu là, c’est vous qui allaient l’avoir entre les mains. Faites mieux que nous l’avons fait, n’oubliez pas que tout ce que nous faisons devrait n’avoir pour seul objectif que de faire progresser le plus grand nombre.

Ne perdez pas votre temps
Rectifiez vite vos erreurs
Soyez curieux
Formez votre jugement personnel
Acceptez toute l’aide que l’on vous offrira
Les femmes au pouvoir
Ne vous perdez pas

Et comme l’a dit Antoine de Saint Exupéry: ‘Faites de votre vie un rêve, et de votre rêve une réalité!’

  • Transmission

    C’est évidemment une notion sur laquelle on s’interroge d’autant plus que l’on avance en âge. Mais c’est une notion avec laquelle il faut être, je crois, très prudent. Oscar Wilde nous met d’ailleurs en garde: « Tout ce qu’on peut...
    Lire la suite +
  • Prendre le risque d’obtenir des réponses

    Ce titre peut paraître bien étrange aujourd’hui alors que l’on a l’impression que chacun peut s’exprimer à sa guise dans l’entreprise, et que les réponses fleurissent sur les réseaux sociaux sans que l’on ait besoin de poser des questions....
    Lire la suite +
  • Réapprendre la curiosité..

    Dans son éloge de la curiosité, Erik Orsenna rappelle que le mot curiosité vient du latin curare, qui signifie ‘prendre soin’. Etre curieux, c’est donc prendre soin de soi, des autres, de son environnement. Etre curieux, c’est se poser...
    Lire la suite +