#WelcomeFleur

10
04
2

C’est officiel, nous avons enfin notre Secrétaire d’Etat au Tourisme. Il s’agit de Fleur Pellerin qui jusqu’à la semaine dernière, était Ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique. Son action a visiblement marqué positivement le secteur puisque, à peine le remaniement post-élections municipales annoncé, la Toile française s’est mobilisée autour du hashtag (#keepfleur) pour s’assurer qu’elle fasse bien partie du nouveau gouvernement. A ma connaissance, c’est une première !

Au delà du fait que Fleur Pellerin a indéniablement su s’attirer la confiance des entrepreneurs et des chefs d’entreprise, sa nomination comme Secrétaire d’Etat chargée du Commerce Extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger est une bonne nouvelle pour plusieurs raisons. D’abord le cumul avec le commerce extérieur est pertinent. Le tourisme est un secteur contributeur à la balance commerciale française et l’enjeu de se différencier dans la concurrence internationale est majeur pour qu’il reste contributeur et puisse contribuer davantage.

Ensuite, parce que l’économie numérique n’a plus aucun secret pour elle.

Or comme je l’ai souvent dit ici, tourisme et digital sont deux secteurs étroitement liés, tant pour l’aspect transactionnel (réservation, règlement, contrats…) que relationnel (clients, marketing, avis, etc.) ou pour offrir différemment de nouveaux services.

Je me réjouis donc qu’une ministre qui a consacré beaucoup d’énergie à promouvoir la « French Tech », poussé au développement du haut débit et qui a su s’attirer la sympathie de tant d’acteurs du numérique préside maintenant à la destinée du tourisme français.

Tout reste à faire !

Que lui (nous) souhaiter ? La tâche n’est pas mince pour défendre le rang de la France dans le monde du tourisme, enjeu capital qui devient de plus en plus urgent car depuis au moins 10 ans, le tourisme réceptif français perd des parts de marché au niveau mondial et européen…

Cela suppose d’adapter la destination France aux nouveaux enjeux :

- rendre la France attractive aux « nouveaux touristes », notamment ceux d’Asie dont le pouvoir d’achat en perpétuelle augmentation permet de voyager jusque dans l’Hexagone.

- changer les mentalités. Précisément, ces « nouveaux touristes » sont habitués à un service souriant, proche du client et ne parlent généralement pas notre langue. Le sens de l’accueil « à la française » doit signifier quelque chose, et de préférence être une référence positive !

- stimuler l’investissement. Dans un secteur aussi compétitif que le tourisme, l’investissement est une question de vie ou de mort. Impossible de se reposer sur l’idée que le patrimoine de la France nous garantit une manne touristique à vie. Il faut au contraire investir dans la rénovation du parc existant et savoir s’adapter à l’air du temps et aux nouvelles tendances.

Et puis le tourisme, ce sont les acteurs français du tourisme et du e-tourisme qui doivent devenir des acteurs innovants, digitaux et globaux. Faciliter cette transformation est aussi un enjeu très important pour le commerce extérieur et notre économie.

Je souhaite sincèrement à Fleur Pellerin la bienvenue dans un univers qu’elle aura à cœur, j’en suis sûre, de promouvoir avec les armes qu’elle a déjà eu l’occasion d’affuter dans son précédent ministère.

Nous nous appliquerons à l’y accompagner #espritdeservice #competitivité #innovation #conquête

  • Web2Business 2014 : mes take away

    Le 9 janvier dernier, lors de l’événement Web2Business 2014, je participais à la table ronde d’ouverture qui posait la question : comment réussir son virage digital ? Après quelques semaines, seules restent d’un tel événement les vraies idées, celles...
    Lire la suite +